LE VOYAGE SPATIAL à très grande vitesse 

POSTULAT de la Physique moderne : LA VITESSE DE LA LUMIERE est une vitesse ABSOLUE : aucun objet ou être vivant ne peut la dépasser (ni même l'atteindre).

HYPOTHESE : la Lumière ne pourra être indéfiniment une LIMITE INTERDITE : un jour, l'Homme la dépassera et s'affranchira alors de la THEORIE DE LA RELATIVITE, qui ne sera pas invalidée mais incluse au sein d'une Théorie Universelle beaucoup plus large... (L'auteur).

Supposons que l'Evolution de l'espèce Humaine la destine (à très long terme) à investir des mondes très éloignés du nôtre, aux confins de la Galaxie ou même de l'espace inter-galactique...

Si nous acceptons un seul instant ce scénario, alors l'Homme sera forcément amené un jour à voyager beaucoup plus vite que la Lumière, à une vitesse presque infinie...

Voici pourquoi.

Un voyage à une vitesse proche de celle de la lumière (si nous trouvons l'Energie permettant de le réaliser) permettrait aux spationautes d'explorer l'Univers sur des distances inimaginables pendant des siècles, voire des millénaires, sans être affectés par le "vieillissement" (cf plus haut sur la théorie d'Einstein) et pouvoir ainsi visiter des galaxies très lointaines, des systèmes planétaires, et peut-être même découvrir des planètes semblables à la nôtre ....!

Tout cela est très bien mais que deviennent tous les êtres humains restés sur Terre (ou sur une Terre-bis..) et notamment ceux qui ont collaboré au projet de ce voyage ?

Ils ont continué de vieillir, de vieillir, ....et encore de vieillir..! Que devient alors l'intérêt du "projet", cent ans, deux cents ans, ou mille ans après...?

Beaucoup de changements auront transformé notre civilisation humaine, mais les occupants du vaisseau spatial, eux, n'auront quasiment pas changé !

Encore pire : personne ne se souviendra de cette mission, ni de ses spationautes, dont l'intérêt scientifique sera passé aux oubliettes depuis des siècles !

Ce constat aussi incroyable que consternant remet donc quelque peu en cause l'intérêt des voyages de "très longue durée" dans l'Espace, même avec des technologies permettant les déplacements "luminiques"...

Quelque soit le scénario envisagé, nous arrivons implacablement au même résulat : si la Relativité Restreinte est vraie alors les participants à ce type de voyage seront totalement "désynchronisés" avec leurs congénères, une désynchronisation pouvant être de quelques années à plusieurs siècles...Et encore, il ne s'agit là que de la durée d'un aller-retour pour les systèmes les plus proches !! Imaginez ce que ce serait pour un petit aller-retour vers une autre galaxie !

La SEULE SOLUTION : aller plus vite que la lumière, infiniment plus vite !!

Première possibilité : déplacement spatial "classique" (voyageurs dans un vaisseau spatial) avec une technologie avancée permettant d'aller à une vitesse 100, 1000 fois supérieure à celle de la lumière.

Mais même dans ce cas, il ne faudra pas que le voyage dure plus d'un certain nombre d'années. Une vitesse dépassant de 10 000 fois la vitesse-lumière permettrait à nos spationautes d'atteindre des contrées dix mille fois plus lointaines.

Vingt années de voyage représenteraient un aller-retour à une distance de 10 000 années-lumière....C'est très loin, mais ce n'est que 1/10 ème du diamètre de notre chère Voie Lactée..!!

Nous ne serions donc pas au bout de nos peines pour espérer voir les Galaxies les plus proches, qui elles, sont à des millions d'années-lumière ...!!!!

(Einstein doit se retourner dans sa tombe, car il a été établi par sa fameuse formule E=mc2 qu'il faudrait une énergie infinie à un objet pour atteindre la vitesse-lumière, ....alors 10 000 fois plus vite que la lumière, n'y pensons même pas...!)

Seconde possibilité : déplacement non-conventionnel utilisant les "trous noirs" et autres "trous de ver" permettant, en théorie, de "court-circuiter" l'espace-temps, et d'atteindre les confins de l'Univers en quelques minutes...

Reste à savoir si le voyage est quasi-instantané ou bien requiert une certaine durée....

Si l'instantanéité est avérée, alors l'Infini serait, en principe, à portée de main ...!!

Il peut y avoir aussi une troisième possibilité : le déplacement psychique : pas de réel déplacement corporel, mais une "visualisation" à distance accompagnée également du pouvoir d'agir à distance sur la matière et l'esprit..!!

Mais nous arriverions là à une époque très lointaine de notre Evolution : l'Espace-Temps n'aurait plus de secrets pour nos scientifiques, et nous serions alors capables d'envoyer un être humain - ou plutôt son esprit - à l'autre bout de l'Univers sans aucun déplacement corporel et cette fois , sans désynchronisation entre le voyageur et son époque....

Mais cette "ère nouvelle" de la conquête spatiale révèlera-t-elle à l'Humanité de "nouvelles limites" à son ambitieuse et dévorante soif de connaissance et d'exploration cosmique ?

Nos "psychonautes" du futur auront-ils suffisamment d'imagination pour flirter avec l'âme elle-même de l 'Univers ?


- CONCLUSION -

L'idée qu'il existe un Univers Infini qu'on ne pourra jamais explorer dans sa totalité est une idée qui dérange quelque peu...

On se dit qu'après tout l'Espèce humaine a toujours relevé les grands défis : conquérir les océans, les continents, puis l'Espace interplanétaire, améliorer sans cesse son espace vital, vaincre les maladies...

On extrapole alors pour le Futur et on se dit qu'il n'y a pas de raisons pour qu'une région de l'Espace, aussi éloignée soit-elle, échappe à notre insatiable curiosité !!

Mais n'est-ce pas là une vision quelque peu anthropocentique ?

Imaginer que l'Humanité évoluera indéfiniment et comprendra un jour les Lois de l'Univers est une hypothèse tout de même très séduisante !!!!

Séduisante certes, mais est-ce suffisant pour la rendre réaliste ? Après tout, rien ne prouve que le "Destin de l'Humanité" ait autant d'importance qu'on veut bien lui accorder, au regard de l'évolution globale de l'Univers !

Peut-être ne sommes-nous pas seuls dans l'Univers et que d'autres civilisations se sont mieux "positionnées" que nous dans la course vers la Connaissance et l'exploration du Cosmos.. ?

Par ailleurs, l'exploration "complète" du Cosmos n'est ni une fatalité ni même une obligation : on pourrait supposer également que "comprendre l'Univers" ne nécessite pas forcément son exploration "in situ".

Une idée fort répandue consiste à croire qu'il faut voir pour comprendre.

Or les plus grands physiciens tels que Galilée, Newton ou Einstein, ont réussi à mettre au jour des Lois physiques parmi les plus importantes jamais découvertes, sans bouger de leur salon ni de leur labo : "la forme sphérique de la Terre et sa position dans le système solaire" (Galilée), "la loi de la Gravitation" (Newton), "l'Espace-Temps et la Relativité Générale" (Einstein), ...et bien d'autres...

Juste à l'aide d'un papier et d'un crayon et puis bien sûr ...d'un cerveau plutôt bien fait !

Ces génies ne sont jamais allés "dans l'espace" vérifier si la Terre était effectivement ronde, si les planètes s'attiraient effectivement selon le même principe que la chute des corps, ou bien si l'Espace-Temps se contractait effectivement lorsque la vitesse d'un mobile approchait celle de la lumière .... !!!

Comme bien d'autres savants et penseurs, il ont utilisé ce qu'on appelle l' "expérience indirecte", basées sur des observations, des déductions, le raisonnement par l'absurde, ou bien par l'invalidation d'autres théories...

Ils ont pratiqué également ce qu'Einstein appelait "une expérience de Pensée", c'est-à-dire partir d'une hypothèse de départ puis imaginer une série d'expériences virtuelles et analyser leurs conséquences (virtuelles elles-aussi) !!

Concevoir, abstraire, formaliser sont donc effectivement des opérations de l'esprit qui ne nécessitent - en principe - aucune expérimentation..

En revanche, la validation d'une théorie, qu'elle soit scientifique ou pas, nécessite sa confirmation par l'expérience, c'est-à-dire la confrontation de l'hypothèse avec les faits.(excepté dans certaines disciplines comme par exemple les "mathématiques pures" où la "démonstration" tient lieu d'expérience).

Mais pouvons-nous nous contenter de formaliser une Théorie sur les grands principes de l'Univers sans aller vérifier sur place l'exactitude de cette théorie, si mathématiquement exacte soit-elle ? ....

Un jour lointain, notre Civilisation atteindra probablement ses propres limites dans « l'aventure Cosmique »...

Limites "techniques", limites "physiques", que sais-je ...?

Mais j'ai la conviction qu'elle saura faire preuvre d'imagination, et qu'elle aura déjà depuis longtemps concentré ses efforts pour développer une autre voie d'exploration, celle de l'exploration intérieure : pénétrer au sein des mécanismes de la pensée, de l'abstraction, et des mondes sub-quantiques...!

Dans notre quête du Grââl Interstellaire, plus nous tentons de nous rapprocher des frontières ultimes de notre Univers plus celles-ci semblent nous échapper : en effet, chaque nouvelle découverte révèle l'existence de systèmes galactiques de plus en plus éloignés et agrandit, de fait, la taille déjà incommensurable de l'Univers connu...!

L'Infini nous sera-t-il à jamais inaccessible ?

Sera-t-il le " fruit défendu" de notre Science ?

Ou bien cet Infini est-il finalement beaucoup plus proche que nous ne l'imaginons ?

Cherchons bien.....au fond de nous...

Et qui sait, cette nouvelle voie de recherche symbolisera-t-elle peut-être l'ultime défi de l'Humanité : percer le Secret de l'Univers, non pas par le "grand saut Intergalactique", mais par un saut beaucoup plus vertigineux : un Voyage "intérieur" dans les profondeurs abyssales et intimes de notre Conscience !

Philippe Leclerc.